en une : Sujet : causes de la crise de 1929

Dissertation

Francais (college, lycee) > sujets expliqués - 11/01/2008 - correction
                
Bonjour,

Dans le cadre des prestations proposées ici, il n’est pas possible de vous fournir un « corrigé type » ou tout fait d’une partie de devoir ou d’un devoir tout entier. Notre but étant de vous aider à réaliser par vous-mêmes vos devoirs et progresser dans l’appropriation des méthodes, je vous propose une réponse en deux parties : correction de votre introduction et première partie puis aide à la rédaction de la seconde.

Tout d’abord, le plan est imposé pour certainement vous obliger à vous concentrer sur le fond de la question posée, à savoir l’opposition vers/prose en termes de fonctions littéraires et d’efficacité à défendre des thèses. Il a sans doute pensé qu’à cette étape de votre scolarité, il était important de d’abord vous faire réfléchir sur les fonctions de la poésie (question littéraire vaste et essentielle et centrale dans les programmes du lycée), plus que sur la construction d’un plan. Ce plan en deux parties n’est d’ailleurs peut-être pas celui qu’il attendrait s’il donnait ce sujet en devoir sans autre indication (les deux parties ne sont pas en effet complètement construites autour de la citation), mais ce n’est pas grave, l’essentiel ici est pour vous de réfléchir à une des grandes questions du programme, de façon à dégager par vous-mêmes des grands points et à ensuite pouvoir les réinvestir dans d’autres devoirs, en fonction cette fois des spécificités du devoir posé, pour répondre très précisément au sujet. Il vous faut donc vous concentrer, presque séparément pour ne pas vous embrouiller comme vous le dites, sur chacune des parties avec chacune son but.

Dans la première partie, il s’agit d’expliciter la citation du sujet, de la défendre, la préciser, l’illustrer pour montrer en quoi elle est juste. Dans une dissertation, on n’attendrait pas une partie sur le point de vue de la citation forcément, mais c’est une étape méthodologique importante lorsque vous devez travailler sur une citation en dissertation. Votre but ici doit donc être de défendre cette citation, de donner tous les éléments qui permettent d’aller en son sens, de l’expliquer complètement à quelqu’un finalement qui ne serait pas convaincu ou ne l’aurait pas complètement comprise.

Revenons tout d’abord sur votre introduction. Globalement, c’est une bonne introduction : vous avez cherché une amorce, une façon d’amener progressivement les choses, avec un angle particulier, c’est bien. Seuls points de forme : évitez le mot « chère » avant Eurydice, c’est un peu trop sentimental ; évitez aussi les mots entre parenthèses : soit c’est une idée complémentaire que vous avez, et dans ce cas vous la précisez dans une autre phrase, soit vous jugez que ce n’est pas essentiel et vous ne gardez pas cette parenthèse (en dissertation, les parenthèses laissent une impression de bâclé, d’inachevé, d’une idée qui aurait pu être intéressante, mais n’a pas été développée). Le reste est correct également, il faut juste penser à aller à la ligne après sous-partie (avant et après la problématique notamment qui doit se détacher un peu du reste). Seul point manquant : a minima la citation en elle-même, qui doit être rappelée, et normalement une étude très rapide de la construction de la phrase avec son sens global et définition des mots les plus importants. C’est vrai que dans votre cas, vous allez en première partie, étudier cette phrase sous tous ses aspects, mais malgré tout, cela fait partie des règles de l’exercice et il faut travailler un minimum la citation dès l’introduction pour donner les bases et entrer ensuite dans les détails. Essayez donc de rajouter ce point, sinon le reste est très encourageant, y compris le style.

Dans votre première partie, le problème des vers libres que vous évoquez n’est pas l’essentiel : votre professeur a dû en parler pour qu’à la fin vous puissiez comparer prose et vers et discuter un peu cette nouvelle forme, sorte de compromis, que l’abbé de Pons ne connaissait pas. Par rapport à votre crainte, vous n’avez pas centré votre développement sur les vers libres, pas trop de problèmes de ce côté-là. Votre première partie doit néanmoins être retravaillée en tenant compte de plusieurs choses :

- il faut dégager des paragraphes, des sous-parties, chacun traitant d’un point particulier, c’est essentiel à la qualité de la démonstration, à sa progression ;

- ensuite, il faut être plus centré sur la phrase, on oublie parfois que c’est cette phrase que vous explicitez. Pour cela, d’une part, citez la phrase au fur et à mesure que vous l’expliquez, dites à quelle partie de la phrase se réfère telle ou telle analyse, tel ou tel exemple. Soyez plus proche de la citation, repartez d’elle pour l’expliquer plutôt que de rester dans du général dont on ne sait pas toujours à quoi il se rapporte exactement. Etudiez aussi davantage les mouvements de la phrase, comme vous avez commencé à la faire avec le passage d’un sens à l’autre, de la vue à l’ouie. Cette décomposition peut d’ailleurs être votre plan interne pour cette première partie. Mais dans tous les cas, expliquez de façon plus ordonnée et surtout plus proche du texte cette citation. En plus, cela vous permettra d’être sûre d’avoir bien expliqué toute la phrase, ce qui n’est pas encore complètement évident ici. D’autre part, pour être plus proche du texte et du sujet, évitez de multiplier les exemples d’autres auteurs : vous avez illustré et c’est très bien, ces exemples sont pertinents, mais ils sont trop nombreux : réduisez-les et recentrez-vous sur l’abbé de Pons (c’est lui qui nous intéresse et pas ce que disait Baudelaire du même sujet par exemple) ;

- enfin, évitez quelques tournures trop orales comme « n’hésitent pas à se lancer » ou « ça n’en finit plus », c’est trop familier.

Je crois que vous avez donc bien saisi le sens de la citation, pas de problème de ce côté-là, mais vous n’avez pas réussi à rendre totalement cette compréhension. Vous avez peut-être voulu trop illustrer, trop bien faire (ce qui est tout à votre honneur !) et vous êtes ainsi trop éloignée de la phrase de départ. Reprenez donc vos idées mais en étant plus proche de la phrase : tout ce que vous dites doit tourner autour d’elle, c’est le but et le titre de cette première partie.

Concernant la seconde partie, c’est presque donc une question de cours sur les fonctions de la poésie. Vous avez en plus les différentes fonctions à évoquer ; ce que vous devez donc faire c’est expliciter pour chacune comment et en quoi la poésie peut remplir cette fonction. Ensuite, il vous classer un minimum ces fonctions pour avoir une seconde partie ordonnée encore une fois. A chaque fois, il faudra bien sûr vous appuyer sur des exemples, comme ceux que vous mentionnez et qui là pour du coup peuvent (doivent presque !) venir d’autres œuvres et auteurs. Par exemple, pour la fonction moralisatrice, en vous appuyant sur les fables de La Fontaine, vous allez pouvoir montrer comment cette fonction est remplie par la poésie : on met en scène de façon rythmée et grossière (au sens de peu de détails ou de nuances) des situations quotidiennes dans lesquelles l’homme est vite tourné en ridicule et souvent par des animaux, car la poésie permet cette légèreté, ces contextes un peu irréels (faire parler les animaux) etc. et à la lecture, bien que cela soit divertissant (ce qui nous permet de rentrer dedans plus vite et sans a priori) on se rend vite compte des défauts réels ainsi mis en avant. En terme d’organisation, allez comme toujours du plus simple au plus complexe : les fonctions « sérieuses» comme vous le dites d’abord, pour aller ensuite vers les fonctions d’interprétation des hommes ou d’engagement plus complexes, moins frappantes au premier abord.

Pour répondre à vos craintes, je crois donc qu’il faut que vous repreniez séparément au début ces deux parties, avec chacune son objectif, puis que finissiez ceci fait par une transition entre les deux parties et la conclusion. Mais vous êtes sur la bonne voie, ayant bien compris la citation de départ.

Bon courage, bon travail.
Documents attachés :    aucun document joint.