en une : Le raisonnement par récurrence

Texte rousseau

Philosophie > sujets expliqués - Question simple
                
Votre première réponse est bien formulée. Vous devez néanmoins vous méfiez de l'ironie que vos supposez à juste titre derrière l'analyse de Rousseau. Cette ironie est relative dans la mesure où l'homme par nature dont nous parle Rousseau est en quelque sorte un homme non corrompu par la facilité technique procurée par la vie en société. En effet, ce qui va intéresser Rousseau dans ce sauvage est non pas tant la différence technique (qui est évidente et met effectivement au jour le progès effectué par les hommes) que la différence comportementale que cela induit. Cela signifie que l'homme évolué est un être assisté et qui a de moins en moins conscience du travail et du raionnement qui l'ont conduit là où il est. Sa culture s'est donc développé de façon progressive pour être en passe de devenir le moyen d'un confort indu. L'habitude du luxe et de la facilité procurés par la technique sont donc des risques qui guettent l'homme vivant en société (il perd les qualités mêmes de son existence facile).
Pour La seconde réponse, il s'agit d'un prolongement de l'analyse dont je viens de vous entretenir. En effet, celui qui est tout entier avec soi est celui qui comprend les raisons de son existence. Il développe donc une intelligence qui marie à la fois les qualités premières de la socialbilité et du raisonnement (qui sont les deux qualités que Rousseau reconnaît par ailleurs à l'homme sauvage) et les acquis du progrès. Se porter tout entier avec soi ne veut donc pas forcément dire être sauvage mais comme le sauvage de l'exemple être capable de rendre raison de son existence en fonction de son développement rationnel.
Pour la troisième question, vous ne proposez rien... je suppose donc que cela fera l'objet d'un travail ultérieur de votre part, à l'aide des réponses que je viens de vous fournir.
Bon courage.
Documents attachés :    aucun document joint.