en une : Le lexique de français

La liberté économique est-elle limitée dans un pays en crise d’emploi?

Philosophie > sujets expliqués - 04/02/2009 - correction
                
Objectif: dissertation académique qui montre ma capacité analytique,
synthétique, et des compétences linguistiques.

Raison : Je suis inscrit dans une Maitrise en langue Romaine, Francais. L’université évalera ce devoir pour m’accepter au programme.

Ce que j'espere de vous: corriger tout erreur et savoir si le devoir reépond aux critere mentionnés plus haut. Votre jugement et proposition sont bienvenus. Le choix du sujet était a ma porté

Sujet: La liberté économique est-elle limitée dans un pays en crise d’emploi ou de travail?

Le philosophe et économiste Karl Heinrich Marx disait que l’économie est la base de la société, et contrôle les systèmes édifiées sur ce fondement. Le travail fait partie de l’existence de l'homme. Il unit l’humanité et créé une étroite relation entre le travailleur et celui qui en tire profit. Si pour le plus célèbre des philosophes du 21eme siècle cette thèse est vraie ou excessive, il est cependant irréfutable de dire que beaucoup de gens travaillent pour atteindre la liberté économique afin de satisfaire leurs désirs, et cette quête s'arrête là où le travail cesse d’exister. De ce fait l’organisation du travail a une importance primordiale pour l’économie d’un individu, d’une famille, d’une société ou d’un pays. Aussi, il n’est pas absurde de lier la liberté économique et le travail afin d’analyser leurs rapports et leurs conséquences dans la vie humaine au temps de récession économique.

Thèse: La liberté économique n’est pas limitée quand le travail est abondant.
Le mot liberté vient du latin liber, libre. La liberté économique se détermine par la capacité de chacun de mener une activité économique sans interférence de l’État, dans la mesure où cette activité respecte les mêmes droits accordés à l’ensemble des citoyens. Elle donne à chaque individu le pouvoir de travailler et recevoir un salaire équitable et de l’utiliser a son gré librement. Dans son livre, Du Contrat Social, Jean-Jacques Rousseau disait, “Renoncer à sa liberté c'est renoncer à sa qualité d'homme, aux droits de l'humanité, même à ses devoirs.”

La liberté économique à une signification qui est propre à chaque individu. Pour beaucoup, c’est un idéal pour avoir la prospérité pour pouvoir jouir pleinement de sa vie. De ce fait, elle est une poursuite qui a pour but de satisfaire un désir. L’individu travaille pour accomplir cette fin. C’est le cas, par exemple, d’une person qui travaille pour acheter un terrain, construire sa propre maison, se marier, acheter sa voiture, pour ne citer que cela. C’est par le travail que ce désir s’accomplit. La possibilite de trouver du travail qui donne un salaire reasonable permet a l’individu d’avoir la liberté économique. Ainsi, la liberté économique n’est pas forcement un problème pour beaucoup dans une société où il y a du travail. .
Même quand le travail n’est pas sécure, il est un des éléments indispensable pour assurer la liberté économique. Toute société ou culture adopte le travail comme moyen de maitriser la nature. A cette fin, le travail est l’empreinte de l’homme et la tâche qu’il s’adonne pour transformer et contrôler la nature.
C’est par le travail manuel que l’homme arrive à développer sa pensée, et par là se distinguer de l’animal. Il arrive à maitriser la nature, contrôler la navigation, à inventer et à développer des outils pour mieux cultiver la terre. Il a aussi travaillé dûr pour développer l’industrie, construire des routes, des ponds, des trains et des chemins de fer pour faciliter des moyens de transport et de communication. Il a développé le commerce et créer des monnaies pour faciliter les échanges commerciales. Par compte, le travail permet la l’homme de rester connecter quelque soit leur langage, culture et leur location sur la terre.
travailler pour avoir la liberté économique élève l’homme à la dignité de son être. Le travail donne à l’homme la possibilité de développer ses talents, de faire des plans et chercher des moyens pour les exécuter. De rassembler et de conserver ses semences pour les semer au moment favorable. L’homme est devenu conscient de sa nature et de ses besoins.

Atteindre cette forme de liberté économique par le travail permet a l’homme de devenir créateur comme Dieu, celui qui d’après la Bible (Genèse 1:26-28) l’a crée a son image et a sa ressemblance, et aussi celui qui a dit a l’homme de dominer sur toute chose, de croisser et multiplier la terre. Cependant, l’homme est appelé a travaille dur comme conséquence de son désobéissance a Dieu. Dieu disait a l’homme, “ C’est a la sueur de ton visage que tu mangeras ton pain, jusqu’a ce que tu retourne dans la terre d’ou tu as été pris ; car tu es poussière et tu retourneras dans la poussière.” En travaillant dur pour avoir la liberté économique pour réaliser ses désirs, l’homme accomplit le dessein de son créateur. L’homme est toujours en aventure et a pu développer des formules et des techniques afin de rendre le désert fertile, de transformer la mer en eau portable, de transformer la cuisine de l’extérieur à l’intérieure de la maison, de visiter d’autre planètes, de créer des vaccins pour lutter contre les épidémies. Aussi, dans son aventure, l’homme a connu des mésaventures en inventant des armes et des nucléaire d’armes qui n’ont aucune autre objective que de détruire la vie.
Le travail est l’un des moyens par lequel l’homme peut avoir la liberté économique. Il donne à l’homme le pouvoir d’accomplir ses désirs, et en plus, le pouvoir de créer des éléments pouvant détruire la flore et la faune.

Antithèse: La liberté économique est limitée quand le travail est défavorable.
la liberté économique impose la nessecite de travailler. Elle devient alors le resultat des des activités entreprises pour avoir de l’argent. Elle donne aux individus et aux familles la possibilité de devenir des économes de leur futur. L’individu est donc forcé à travailler pour avoir des richesses afin de satisfaire ses engagements qui peuvent être: payer pour jouir d ‘une bonne santé, envoyer son enfant dans le meilleur collège, acheter des aliments, payer mensuellement son loyer, sa voiture neuve, sa carte de crédit et son électricité. Si cet individu perd son emploi à la suite d’une maladie, d’une intempérie ou d’une récession économique, il n’aurait aucun moyen de continuer à honorer ses engagements. Ne pouvant rien faire contre les forces des événements, l’individu est contre lui-même entré au chômage. L’existence n’a plus de sens pour lui dans le chomage, et il est déprimé et devient un danger pour sa communauté.Tel était le cas d’une famille qui travaillait dans un hôpital. Après avoir perdu leurs emplois a cause de la récession économique, le père et la mère ont décidé d’ôter la vie de leurs cinq enfants et les leurs. « C’est mieux de mourir…Pourquoi confier le soin de nos enfants dans les mains des étrangers? » écrivait le père dans une lettre adressée a KABC-TV.

Au siècle des lumières, le travail apparaît un devoir pour l’homme, il était vu comme une valeur morale et économique, et dans le Candide, Voltaire disait, "Le travail éloigne de nous trois grands maux, l'ennui, le vice et le besoin. " " Travaillons sans raisonner…c'est le seul moyen de rendre la vie supportable. "
A la suite de la révolution industrielle, le travail devenait un contraint pour les travailleurs avec la lutte pour un salaire équitable. Les relations employeurs salariés n’etaient pas encore codifiées. Le modèle de discipline ouvrière utilisée par le patronat
du XVIIe siècle etaient adoptés par les monastères, l’usine du XIXe
siècle était basée sur des règles strictes et d'amendes tarifées. Les ouvriers s’organisèrent en syndicats pour lutter et ainsi défendre leurs droits. Dans leurs deux ouvrages , Manifeste du Parti Communiste(1847) et du Capital (1867), Karl Marx et F. Engels ont largement contribué à la revendication du droit des ouvriers. Il existait bien des conflits sociaux que l’individu doit surmonter pour acquérir sa liberté économique.

La liberté économique est immesurable et peut-être un obstacle pour accomplir d’autre objectifs. Toute l’énergie de l’individu est concentrée pour satisfaire un seul but, celui de travailler dûr pour sauvegarder la liberté économique. Pour cela, il doit sécuriser des ressources pour accomplir ses désirs. Malgré les longues heures de travail, la quantité d’argent gagné, il existe des gens qui ne seront jamais satisfaits, qui ont des engagements et des dettes élevées, et sont forces à travailler au delà de leur force. Supposons que l’individu inhérente des richesses ou possède un grand magazine qui lui permirent de répondre à ses engagement, il restera toujours la maladie, la vieillesse et la mort qui seront des obstacles à la vie humaine. L’individu devient esclave de son objectif, et aura peut de temps pour s’adonner à d’autre activités pouvant l’épanouir, telle que la méditation, le sport, la lecture, et le repos physique et spirituel. Il est évident que la liberté économique ne peut pas en lui-même assurer un bonheur parfait.

Synthèse: Le travail assure la liberté économique que lors ce que certains critères sont réunis.
dans son article 23 de la déclaration universelle des droits de l'homme, les Nations Unis, reconnait que:
1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.
2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal.
3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu'à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s'il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale.
4. Toute personne a le droit de fonder avec d'autres des syndicats et de s'affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts.”
L’article 23 est bien formulée, cependant, les Nations Unis n’ont pas assez de ressources pour assurer et garantir ce droit a tous les individus, ou même de le protéger dans un pays tyrannique ou en récession économique.

Le travail n’est pas un droit protégé dans toutes les sociétés et par conséquant, la liberté économique est équivoque et inéquitable. En quête d’une certaine forme de liberté économique, beaucoup de gens se sont émigrés dans d’autre pays industrialises pour chercher du travail. Ces derniers ne sont pas le plus souvent qualifies pour avoir leur permis de travail, et par compte, se sont obliges à accepter un salaire dérisoire, sont sujets a toute forme d’exploitation, se sont livrer dans des activités criminelles pour pouvoir trouver de l’argents. D’autres préfèrent se livrer dans des activités illégales telleque vendre la drogue, ou trafiquer des armes a feu illégales pour avoir de l’argent afin de réaliser leurs désirs. Cette façon de créer une forme de liberté économique est dangereuse, et détruit bien souvent beaucoup de vie.

On est contraint de se demander si la vraie liberté économique n’est pas de limiter sa dépendance de l’argent afin de travailler et à vivre selon ses moyens. Cette solution a été adoptée et proposée par un grand nombre de philosophes comme Epicure qui n’acceptait que des désirs naturels et nécessaires qui peuvent être aisément satisfaits. Les autres étaient restreints jusqu'à ce qu’il pourrait les satisfaire. Les stoiciens prêchaient la même chose. Selon un des marxismes Epictète, « Le bonheur et le désir ne peuvent se trouver ensemble.» Trop souvent, la morale ne fait que proposer des interdits au sujet de ce qu’il ne faut pas faire. Désirer de travailler est le propre de l’homme. eliminer ses désirs est contre la nature humaine, car les meilleurs succès de l’homme ont été faits à partir d’un désir. Controller ses désirs ne peut se faire que sous la base de grand projet.
La morale ne demande pas de cesser de travailler pour accomplir ses désirs, au contraire, elle nous encourage à travailler pour accomplir des désirs nobles qui peuvent apporter bonheur.

Conclusion : Quand le travail est favorable, la liberté économique a des conséquences positives sur la croissance économique puisqu’elle donne aux individus et aux entreprises le pouvoir de pratiquer libre d’échange. Malgré les problèmes évoqués comme étant des obstacles pour maintenir une liberté économique, il reste cependant certain que seul le travail peut aider à l’accomplir. Le travail demeure le plus sûr des moyens d’assurer la liberté économique. Le bonheur dépend aussi des conditions d’ordre moral et physique. Le train de vie auquel on est habitué, loin de se libérer de l’emprise des choses, on aspire à développer ses affaires et à lancer de nouvelles entreprises, et se rend de plus en plus leur esclave. Dans sa fable, le Savetier et le Financier, La Fontaine disait, « Le souci augmente à mesure que l’on accumule des moyens de s’en affranchir. »
Documents attachés :    aucun document joint.