en une : Cours philo : Dieu

Rôle et fonction de l'état dans l'économie

SES (lycee) > sujets expliqués - 04/01/2008 - correction
                
Bonjour,

1. La rupture de la théorie keynésienne provient essentiellement de l'échec des politiques de relance menées depuis les années soixante-dix. Le cas de la France est éclairant : après la mise en place, suite à l'élection de François Mitterrand, d'une politique de relance keynesienne, les désordres financiers ont forcé le gouvernement au tournant dit de la "rigueur"
Le cadre conceptuel de la politique keynésienne se heurtait à des économies désormais ouvertes, mondialisées, dans lesquelles le multiplicateur keynésien est donc soumis à des "fuites" importantes.

2. La "victoire du libéralisme" peut être attribuée à trois phénomènes :
a) l'échec des économies planifiées (Union soviétique, Chine) qui devient patent à la fin des années soixante-dix et remet donc en cause le modèle socialiste
b) le développement de nouvelles théories économiques, parmi lesquelles celle des anticipations rationnelles, qui réfutent la théorie keynésienne
c) l'arrivée au pouvoir aux Etats-Unis et au Royaume-Uni de responsables politiques imprégnés de ces idées libérales, qui les mettent en application de manière rapide (Reagan et Thatcher)

3. Le terme d'économie mixte me paraît désormais daté. il correspondait au choix original de la France, avec d'une part une économie de marché, et, d'autre part, un secteur public très développé (songez au secteur financier, banques et assurances, nationalisé en 1981, mais également aux opérateurs comme France Telecom, EDF/GDF, Air France...) Les différentes privatisations, depuis 1986, ont considérablement réduit la part du secteur public dans l'économie ; le contrôle des prix a été aboli à la même date ; l'économie française, notamment sous l'effet de l'intégration européenne, est devenue plus libérale, et l'Etat, moins interventionniste.

Nous restons à votre disposition
Documents attachés :    aucun document joint.