en une : Sujet : causes de la crise de 1929

Peux-on reprocher une faute de gout ?

Philosophie > sujets expliqués - 05/04/2009 - Question simple
                
L'opposition goût subjectif / objectif ne me semble pas forcément pertinente, puisque le problème central est plutôt de savoir ce qui justifie la norme du goût, donc si la possibilité de construire une argumentation rationnelle autour des critères de goûts est crédible.
Pour ce qui est des arguments, je vous engage à chercher les références suivantes :
- Bourdieu : la distinction, ouvrage dans lequel le sociologue montre que le goût dépend des classes sociales.
- Hume, de la norme du goût, qui montre que le goût dépend de la formation de l'habitude, c'est-à-dire d'une pratique culturelle (anecdote de la clé de Sancho).
-Schiller, les lettres sur l'éducation esthétique de l'humanité, une thèse romantique sur la formation du goût et son affinement par la pratique de la culture et du génie.
- Platon, livre VII de la République, où il défend l'idée de bon goût, c'est-à-dire d'un goût rationnel, qui ne flatte pas les déviances sensibles de l'homme. Vous trouveriez une thèse analogue chez Aristote, dans la théorie de la mimesis.
- Nietzsche, dans Le voyageur et son ombre notamment, où il défend l'idée que les goûts dépendent du corps, et la façon dont les forces de ce corps remontent à la surface de la conscience esthétique.
J'espère que ces références vous seront utiles, bien à vous, votre eprof.
De façon plus générale, je vous conseille l'ouvrage de Yves Michaud La crise de l'art contemporain, et plus particulièrement l'article le goût et la norme (thèse du relativisme du goût).
Documents attachés :    aucun document joint.