en une : Cours philo : Dieu

Commentaire l'etranger entrée morgue

Francais (college, lycee) > sujets expliqués - 12/06/2008 - Question simple
                
Bonjour,

Pour les idées principales à développer, vous êtes effectivement sur la bonne voie. Tous les éléments que vous citez sont pertinents et à développer. Il faut à présent en effet les organiser et voir comment ils se traduisent du point de vue stylistique dans l’écriture de ce passage.

Le décalage entre le personnage et la scène de mort vient de plusieurs choses : les descriptions (qui sont précises pour les objets, jusqu’à la forme en X du chevalet, mais plus floues pour les personnages ; du moins, on n’a ni leur nom ni des traits de caractère ou personnalité, mais de simples détails physiques ou vestimentaires, qui n’ont finalement pas grande importance, ce qui ne les rend pas tout à fait humains, et en concourt pas à faire de cette scène une habituelle scène de deuil, mais quelque chose de très distant ; n’oubliez pas non plus que la scène se déroule dans un autre pays et contexte culturel que celui dans lequel est le personnage lorsqu’il raconte, ce qui avec le décalage temporel également, accentue la distance) ; les phrases laconiques du personnage (« non » ; il dit lui-même qu’il les dit sans grande conviction, comme si cela sortait tout seul, sans qu’il sache trop pourquoi) ; les temps du passé qui rajoutent de la distance, l’alternance de dialogues dans la narration et de phrases descriptives, qui concourt à une sorte de fouillis peu clair. La distance entre le personnage et la scène est donc traduite par les mots employés (vagues eux aussi et sans grand rapport avec la scène, le côté impersonnel des personnages, y compris de la morte à propos de laquelle on a aucun détail puisque son fils ne veut pas la voir, la réaction du gardien accentuant l’impression de malaise et de distance), les attitudes (on ne se regarde pas, on est des ombres plus que des personnes bien identifiées), le décalage spatio-temporel entre la scène et la narration, le point de vue interne (le narrateur ne sait pas tout, et ne semble même pas capable de retranscrire précisément ce qu’il est censé avoir vu). Le lieu en lui-même ne semble pas très propice au recueil que semblerait exiger l’événement. La description faire en dernier lieu de l’infirmière lui donne également un côté inhumain, fantomatique : les idées de distance, déshumanisation, étranger sont donc ici à bien mettre en valeur par ces descriptions physiques, par l’exploitation des dialogues (tant le fond peu profond finalement vu les circonstances que la forme laconique et peu agréable).

Le héros prend donc des distances avec les siens, avec la vie, avec le monde, jusqu’à faire un récit sans vie et sans sentiment. N’oubliez pas que dans un commentaire composé, il est aussi important quand c’est possible de relier le passage à l’économie générale de l’œuvre : en quoi ce passage est-il important / révélateur du titre, de l’œuvre etc. ? Ici, on découvre que l’étranger semblait déjà aussi étranger à l’époque du décès de sa mère : il est presque deux fois étranger, autre, ici : par l’attitude qu’il a eu lors de la scène, et par la façon dont il la raconte aujourd’hui. En conclusion, ou dans une dernière partie du devoir, il est donc important de remettre en perspective l’extrait et de voir quelles éléments de compréhension il apporte vis-à-vis du titre et de l’histoire en général.

N’oubliez pas non plus que votre plan doit être progressif en deux ou trois grands axes, en allant toujours du plus simple et évident au plus complexe. La distance entre le personnage et la scène qu’il vit, donc son côté « étranger » au monde, autre si l’on veut, doit donc plutôt se trouver dans une dernière partie ; la ou les première(s) partie(s) doivent plutôt se concentrer sur l’épisode en lui-même, ou le double-épisode : la narration dans son contexte bien particulier d’une part, et la scène de l’adieu à la mère d’autre part. Les interprétations plus fines comme le lien avec le titre viennent après. Organisez donc vos axes en partant du plus simple, tant du point de vue des idées que des indices de forme (pour rappel, et certains sont traités plus haut, ceux que l’on regarde traditionnellement sont : le point de vue de la narration, les temps et pronoms, les discours et dialogues, registres de langue et champs lexicaux – finalement peu morbides au regard de l’épisode raconté -, figues de style comme comparaisons ou métaphores, litotes ou hyperboles etc.).

En résumé, il vous faut finir de repérer les éléments stylistiques à relier aux idées identifiées et les classer en deux ou trois grands axes, en couvrant bien tout le texte (pensez à bien citer le texte au fur et à mesure de vos explications, et à bien le commenter). Votre idée principale telle que vous l’avez donnée dans votre question est plus le message du passage, l’aboutissement de votre étude en quelque sorte ; il faut auparavant repérer les indices d’un niveau plus terre-à-terre et construire ainsi quelque chose de plus complexe au fur et à mesure.

Comme vous avez les idées, il vous reste à reprendre le texte de très près pour l’étude des indices et détails et vous avez ensuite tout ce qu’il faut pour finaliser un plan correct. Vous pourrez ensuite si vous le souhaitez obtenir dans une demande de correction un avis personnalisé sur ce plan ou le devoir rédigé en entier même.

Je vous souhaite bon courage pour la suite de ce devoir.
Documents attachés :    aucun document joint.