en une : Cours philo : Dieu

Devoir maupassant

Francais (college, lycee) > sujets expliqués - 24/04/2008 - correction
                
Bonsoir,

Félicitations d’abord pour le travail que vous amorcez avant de nous poser une question ; vous avez déjà bien travaillé.

Question 1 : parfait ; vous avez cité les bons arguments et avez bien cité le texte pour justifier. C’est une très bonne habitude d’inclure dans vos réponses les phrases « preuves » du texte. Pour finir de parfaire la rédaction, plutôt que de citer les mots entre parenthèses (et toujours entre guillemets), vous pouvez aussi essayer d’inclure les citations entre guillemets dans vos phrases de réponse (ex : ‘il aborde les sentiments des deux femmes, soulignant l’ « étonnement » de l’une, qui se mit ainsi à « balbutier », et l’« émotion » de l’autre’). Sinon rien à redire.

Question 2 : réponse exacte pour le retour en arrière. Il faudrait simplement peut-être insister sur la raison de cette place précise pour cette réflexion dans le récit, au-delà la situation de gêne que vous évoquez : il s’agit de marquer un arrêt assez net, pour montrer combien est presque ridicule, même si le mot est très fort, cette situation. Il aurait tout à fait pu en être autrement, tout s’est joué à un petit rien. Mais si l’auteur avait eu ce type de réflexion dès le début, avant la description des sacrifices faits, l’impact du message aurait été moindre. Après toute cette description, l’auteur marque un temps d’arrêt pour montrer à quel point le passage de la vie rêvée (jeunesse, beauté, argent) à la vie la plus dure est mince. Cette réflexion ne peut marquer les esprits que parce que le lecteur a en tête toute cette vie dure et monotone des dix ans passés. Insistez donc peut-être un peu plus sur cette analyse, au-delà de la simple explication de la gêne qui va être décrite après.
Pour l’anticipation, il s’agit effectivement d’une projection dans l’avenir, mais pas forcément quelque chose qui va vraiment se passer (comme notre retour ne décrit pas un événement qui s’est vraiment passé, puisque le collier a bien été perdu). Vous avez ainsi une anticipation l26-27 : elle s’imagine déjà aller lui parler et lui dire toute la vérité à présent. Le but est d’accélérer d’un coup la narration et son rythme, de se projeter rapidement après la description des 10 années de labeur dans ce qui pourrait être le dénouement. Elle est à cette place pour relancer l’intérêt dramatique, l’intérêt du lecteur et son imagination après la longue description (sinon, l’auteur aurait pu amener les choses plus lentement, en décrivant les étapes, mais il y avait moins de suspens).
Si le retour en arrière est plutôt pensé et positionné pour faire passer un message de la part de l’auteur, l’anticipation est plutôt, elle, là pour l’intérêt de l’histoire et retenir le lecteur, susciter sa curiosité, bref le faire accrocher au roman.

Question 3 : bons éléments ; essayez simplement de citer quelques exemples qui montrent que le narrateur est bien omniscient (description des sentiments précis de tous les personnages, détails dans le temps et l’espace etc.). Pour la justification de l’adoption de ce point de vue plutôt qu’un autre, il s’agit encore d’un moyen de faire passer le message de l’auteur : la brutalité du changement, la vie qui tient parfois à pas grand-chose, tout cela symbolisé par l’opposition entre les deux femmes au bout de 10 ans, tout cela n’est possible qu’en décrivant toutes leurs caractéristiques, physiques comme les sentiments. Il faut entrer dans ce niveau de détails, auquel seul un narrateur omniscient a accès, pour marquer les oppositions et faire passer facilement le message de l’auteur.

Ecriture d’invention : une bonne idée de départ, pas de problème (votre première idée était effectivement moins crédible, vous avez raison). Par contre, vous devez juste penser plus précisément à la chute, comme demandé par l’énoncé avant de vous lancer : quelle va être la réaction de Mme Loisel ? vont-elles se comprendre ou s’opposer ? quelle va être la fin ? elles se séparent sur cette nouvelle sans plus ? Jeanne regrette et propose une aide à Mathilde ? elles redeviennent amies, veulent se revoir ? Mathilde se met finalement en colère d’avoir ainsi « gâché » sa vie, vu ce qu’elle vient d’entendre ? Avec le début que vous proposez, et qui n’est pas mauvais du tout, vous pouvez envisager toutes les possibilités. La seule chose est d’en choisir une, de la définir clairement et de vous y tenir. Vous devez définir l’attitude finale des deux femmes, ce qu’elles se disent, ce qu’elles décident par rapport à leur relation, ce qu’elles finissent par penser de cette affaire après tout cela. Continuez donc sur votre lancée, mais pensez bien avant de rédiger à la réaction des deux femmes et les sentiments, attitudes, actions sur lesquelles elles se quittent, à la fois par rapport à l’avenir proche de leur relation et par rapport au jugement qu’elles peuvent maintenant avoir de cette affaire.

Vous avez en tout cas effectué un bon travail ; j’espère vous avoir éclairé sur quelques points pour compléter le tout. Je vous souhaite bon courage pour la finalisation du travail d’écriture.
Documents attachés :    aucun document joint.