en une : Cours philo : Dieu

Conseil svp

Francais (college, lycee) > sujets expliqués - 20/02/2008 - Question de cours
                
Bonjour,

Effectivement, il semble qu’il y ait eu une petite confusion sur les limites du texte, veuillez m’en excuser. Lorsque j’ai repris l’échange du professeur précédent qui vous demandait le texte, j’étais resté sur un début à « oh que de richesses » en bas de la première page ; or comme il n’y avait pas de telle expression au bas de ce qui était le première page du corpus que j’avais, j’ai pensé qu’il s’agissait d’un petit lapsus, et que le début était à jeunesse, je vous prie de m’en excuser.

Toutefois, les remarques globales sur la compréhension restent valables. Mon premier conseil serait donc, comme le début de l’extrait à commenter survient plus tard, de plus développer le résumé de votre introduction, et notamment de citer rapidement cet épisode de la robe, assez symbolique de la représentation de l’amour physique et de la séduction, bref de la femme toute entière chez Nerval, ainsi que le contexte de la scène de campagne, avec cet idéalisme et ce petit sentiment de mélancolie. Un développement un peu plus long du résumé vous permettra de mieux resituer ce court extrait et d’entrer plus rapidement dans le vif du sujet. Qui plus est, comme l’extrait est court (c’est quand même assez rare pour un commentaire composé), il vous faudra avoir cité dans le commentaire l’intégralité du texte (par petits bouts immédiatement commentés toujours, mais au final chaque devra avoir été citée).

Pour répondre à vos questions précisément, il ne faut commenter et citer que le passage stricto sensu. La scène de la robe par exemple doit être citée dans le résumé pour remettre les choses en place, peut éventuellement être citée en écho à un moment, mais ne doit pas être commentée du point de vue fond et forme aussi précisément et de la même manière que le texte à commenter en lui-même.

Concernant le plan et les axes, vous avez tout à fait raison sur l’aspect théâtre ; cet aspect est très concentré sur la fin, si tout l’extrait avait été commenté, y aurait un axe aurait été un peu trop exagéré si je puis dire, par contre sur ce passage, il a toute sa place en premier axe du commentaire. En effet, il embrasse la majeure partie de l’extrait et est très transverse, c’est donc un bon axe, et de plus, il est global et « simple » au sens où on peut aller dans les détails, mais il y a d’abord des aspects généraux, et comme nous le disions l’autre fois, il faut toujours aller du plus global et général d’abord vers le plus précis. Avec ces nouvelles limites, et surtout si vous avez déjà beaucoup d’éléments d’analyse, c’est pour moi un très bon axe. Le reste du chapitre n’est donc pas à commenter directement, mais le contexte est à évoquer et la compréhension fine que vous avez du reste et de la globalité de la scène doit effectivement vous aider à préciser l’interprétation de cette partie (ce chapitre dévoile en effet dans le contexte et l’épisode particulier de la visite à la tante des éléments majeurs et représentatifs de l’½uvre).

Dans un second temps, je pense que vous pouvez reprendre, plus précis mais en droit fil logique de votre premier axe, l’aspect du temps, de la mélancolie, du lien avec le passé et du lyrisme dont nous avions déjà parlé l’autre fois et que vous réévoquez avec justesse ici. Vos réflexions sur les figures de style sont tout à fait juste. L’apostrophe est également une figure de style simple mais répétée ici (pour faire plus vrai mais aussi plus authentique, avec ce petit côté « vieilli » si je puis dire, ancien, mélancolique, un peu comme chez les Romantiques). Il est également intéressant d’étudier le rythme de la dernière phrase, qui utilise justement des mots de la technique du rythme (hiatus, assonance etc.). Sinon, on est plus dans une certaine utilisation des temps verbaux, des modes de description et des champs lexicaux que dans l’utilisation des figures de styles comme on le peut voir dans d’autres textes, dans lesquels les litotes succèdent aux métaphores par exemple ! Vous avez déjà vu beaucoup de choses dans la forme et dans le fond ; l’extrait restant assez court encore une fois, vous avez de quoi je pense le commenter assidûment. Pour le dernier axe, je vous renvoie (même s’il y aura bien sûr quelques éléments précis en moins) au dernier axe vu l’autre fois, sur la figure de la femme chez Nerval. On a quand même la fin en sorte « d’apothéose » en fin de texte, et c’est tout le message de l’½uvre qui se trouve ici pratiquement résumé. Certains événements ne pourront bien sûr être repris, mais les idées de base à commenter et développer, pour rendre compte de l’importance du passage et de son message, restent les mêmes.

Vous voyez donc que le début du plan se trouvent un peu modifié, à cause de la différence de la longueur des éléments narratifs à commenter (le début était très narratif), avec un premier axe différent, mais les deux autres axes restent à mon sens valables, adaptés à ce plus court extrait, car ils font écho à deux des points majeurs de l’½uvre de l’auteur en général et celle-ci en particulier, qu’il y a matière et qu’il faut donc mettre tout ceci en relief. J’espère que tout est plus clair à présent, et que les éléments de la dernière vous ont toutefois permis d’avoir une vision plus globale de l’extrait et de pouvoir ordonner toutes ces idées sur ce passage plus réduit.

Je vous souhaite bon courage dans cette dernière étape de finalisation, et c’est avec plaisir que nous lirons votre production finale, si vous avez le temps de nous la soumettre.

Bon travail et bon courage.
Documents attachés :    aucun document joint.