en une : Le raisonnement par récurrence

Aide pour un commentaire (c'est un extrait de l'oeuvre perceval ou le comte du graal)

Francais (college, lycee) > sujets expliqués - 29/10/2007 - correction
                
Analyse de l'extrait les trois gouttes de sang

Cette nuit-là il neigea abondamment
car la contrée était très froide.
Perceval qui s’était levé de bon matin,
comme à l’accoutumée,
en quête d’aventures chevaleresques,
vint droit à la prairie
où l’armée du roi avait établi ses quartiers.
Tout y était couvert de givre et de neige. Avant qu’il n’arrivât aux tentes, voici venir un vol l’oies sauvages
que la neige avait éblouies.
Il les a vues et entendues,
car elles fuyaient devant un faucon qui les poursuivait à toute vitesse.
Finalement le rapace en trouva une à la traîne qui s’était séparée des autres et la frappa si violemment
qu’il la précipita à terre.
Mais il n’avait pas été assez rapide.
Il la laissa donc sans chercher à la saisir et à s’en emparer.
Cependant Perceval pique des deux dans la direction où il a aperçu le vol des oiseaux. L’oie avait été atteinte au cou et elle perdit trois gouttes de sang qui se répandirent sur la neige blanche, telle une couleur naturelle.
Elle n’avait pas été blessée au point de rester à terre et de laisser à Perceval le temps d’arriver jusqu’à elle.
Elle avait donc repris son vol
et Perceval ne vit que la neige foulée,
là où l’oie s’était abattue,
et le sang qui apparaissait encore.
Il prit appui sur sa lance et contempla la ressemblance qu’il y découvrait :
le sang uni à la neige lui rappelle le teint frais du visage de son amie,
et, tout à cette pensée, il s’en oublie lui-même.
Sur son visage, pense-t-il,
le rouge se détache sur le blanc exactement comme le font les gouttes de sang sur le blanc de la neige.
Plongé dans sa contemplation,
il croit vraiment voir, tant il y prend plaisir, les fraîches couleurs du visage de son amie qui est si belle.
Perceval passa tout le petit matin à rêver sur ces gouttes de sang, jusqu’au moment où sortirent des tentes des écuyers qui, en le voyant ainsi perdu dans sa rêverie, crurent qu’il sommeillait.

( j'ai du mal à saisir les intentions de Chrétien de troyes dans cet extrait) ( on nous a dit de nous intéresser à la semblance mais je ne vois pas trop)

merci d'avance
Documents attachés :    aucun document joint.