en une : Le lexique de français

Rédaction d'une nouvelle fantastique

Francais (college, lycee) > sujets expliqués - 26/10/2008 - correction

                

Comme chaque matin, j'allumai mon ordinateur pour consulter mes e-mails.L'écran s'éclaira,émit un sifflement assourdissant,se brouilla puis se désactiva.Je refis une tentative.Cette fois, la messagerie électronique m'informa de la présence d'un nouveau message.
Sur l'écran, je lus l'adresse suivante: untel@hotmail.anonyma, objet : à l'aide.Je cliquais sur cette étrange adresse et ce message m'apparut : Paul, aide-moi.
Cette missive me laissa prostré un long moment.
Je restai assis au milieu de ma chambre d'hotel, l'esprit torturé par un millier de questions. Je fus sorti de ma torpeur par la sonnerie du téléphone.Le réceptionniste de l'hotel me prévenait de la venue du taxi que j'avais commandé.
Toujours engourdi par les récents évènements, je me dirigeai dans la rue et montai dans le taxi.
Par la vitre de l'auto qui me conduisait au congrès des écrivains,je voyais défiler les rues ensoleillées de Milan.J'avais toujours aimé cette ville car elle me ramenait au souvenir de Fabia, mon amie d'enfance qui avait subitement quitté Paris pour l'Italie.
Je sentis l'angoisse me submerger en repensant à ce message laconique.Qui pouvait bien en etre l'expéditeur, comment connaissait-il mon prénom et pourquoi m'appelait-il à l'aide.
Tout à coup, Milan me sembla hostile.Une brume lugubre à vous glacer le sang s'était emparée de la ville.
En sortant du taxi, je considérai le ciel,il s'était assombri et de gros nuages noirs le traversaient à vive allure.Un frisson me parcourut le corps.
Puis, je pénétrai dans la salle des congrès sans plus de motivation.
Tout au long de la journée,je m'étais laissé porter avec en permanence, la sensation d'etre suivi et d'avoir perçu une présence angoissante par dessus mon épaule.
Le soir, de retour à l'hotel,je ne réussis pas à me défaire de cette paranoia.Groggy,je finis par m'abandonner au sommeil.
Au milieu de la nuit,je fus tourmenté par des évènements étranges.Cela commença par de sinistres craquements,puis une odeur acre se répandit dans la chambre, l'ordinateur se connecta et des murmures de plus en plus distincts se firent entendre.
Soudain,je sentis un souffle glacial me froler le visage.
Totalement transis de peur,je me redressai sur le lit et allumai la lampe de chevet.
Le spectacle qui s'offrit alors à mes yeux me terrifia.
Documents attachés :   aucun document joint.