en une : Le lexique de français

Les mouvements littéraires : le pétrarquisme (xvie siècle)

Francais (college, lycee) > sujets expliqués - 
      

I - DÉFINITION

Le Pétrarquisme, nouvelle forme que prend la lyrique amoureuse dans la seconde moitié du XVIème siècle, est à la fois une attitude psychologique et une forme d'expression littéraire. Il associe une passion amoureuse exacerbée par l'absence et le refus de la dame, l'éloge des qualités quasi-divines de cette dernière et la joie-souffrance du poète, ainsi qu'un répertoire de lieux communs et de figures de style.

II - HISTOIRE DU COURANT

1. Origines :

Pétrarque et ses imitateurs italiens
Le recueil de Pétrarque (1304-1374) :

Avec ce qu'on appelle couramment le Canzoniere (dont le titre original est Rerum vulgarium fragmenta), Pétrarque lègue un recueil de sonnets, chansons, sextines, ballades et madrigaux qui va constituer le modèle de la poésie amoureuse tant en Italie avec Tebaldeo, Serafino et Bembo, qu'en France.

Le Canzoniere relève de la lyrique courtoise qui fait ainsi retour en poésie. Pétrarque y rapporte l'histoire de sa passion pour une jeune fille, Laure, rencontrée en Avignon le 6 avril 1327. Composé en deux parties, opposant en miroir la vie et la mort de Laure, le recueil passe de l'évocation de l'aimée à son idéalisation, des tensions du désir à la souffrance, de l'amour terrestre à l'amour mystique. C'est l'itinéraire à la fois d'un amant et celui d'un poète qui dépasse la mort et la mélancolie par la rédemption chrétienne de l'homme et l'immortalité poétique de l'oeuvre.

2. Le Pétrarquisme en France

L'introduction du sonnet en France débute avec la traduction de sonnets épars de Pétrarque, d'abord par Saint-Gelais et Marot. C'est toutefois avec les recueils amoureux de Maurice Scève et de la Pléiade que le pétrarquisme s'impose comme courant dominant de la poésie lyrique au milieu du XVIème siècle.

Ils reprennent à Pétrarque la forme du recueil (mais rarement son mode d'organisation interne en deux parties) ainsi qu'une topique du "discours amoureux" et une rhétorique de la passion (métaphore, analogie, hyperbole et antithèse). Le Canzoniere offrira enfin un éventail de motifs qui se perpétuerontbien au delà de la Renaissance.

Le pétrarquisme se conjugue parfois avec le néoplatonisme de la Renaissance, notamment chez Scève ou Du Bellay. L'idéalisation de l'amour chez Pétrarque trouve en effet son prolongement dans les thèmes platoniciens exprimés dans le Phèdre et le Banquet que traduisent les Humanistes de l'époque.

Une seconde génération de pétrarquistes, davantage influencés par les Strambottistes italiens, apparaît vers la fin des années 1570 : poésie galante avec Desportes, Bertaut, Du Perron, et le Ronsard des Amours pour Hélène, mais aussi pétrarquisme tragique avec Jamyn, Jodelle, d'Aubigné, Sponde, ou Chassignet.

III - OEUVRES ET AUTEURS REPRÉSENTATIFS

Délie de Maurice Scève (1544), L'Olive de Joachim Du Bellay (1549), Les Amours de Cassandre de Ronsard (1552), Les Amours de Desportes (1573) Le Printemps de d'Aubigné.

Pour aller plus loin:

- GENDRE, André, Vademecum sur le pétrarquisme français, Versants, Neuchâtel, 7 (1985), p. 37-65.
- GENDRE, André, Ronsard, Poète de la conquête amoureuse, Neuchâtel, Éditions de La Baconnière, 1970, 573 p.
- PIÉRI, Marius, Le Pétrarquisme au XVIe siècle : Pétrarque et Ronsard ou, De l'influence de Pétrarque sur la - - Pléiade française, Genève, Slatkine Reprints, 1970, 341 p.
- VIANEY, Joseph, Le pétrarquisme en France au XVIème siècle, Montpellier, Coulet et fils, 1909.